Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec y a quoi dans ma bibliotheque

Avoir absolument besoin d'un livre ou excuses fallacieuses pour se cultiver

par Hara-kiri

publié dans y a quoi dans ma vie , Y a quoi dans ma bibliothèque

Avoir absolument besoin d'un livre ou excuses fallacieuses pour se cultiver

Billet un peu spécial aujourd'hui.

C'est Cherétendre qui ayant à coeur d'avoir la paix que sa moitié s'éclate sur son clavier, m'a suggéré d'écrire ce billet.

Comment avoir absolument besoin d'acheter un livre ou.... Excuses fallacieuses pour se cultiver, s'occuper, glander. ( Rayer les mentions inutiles)

Il te faudra d'abord avoir un souci mécanique sur ta voiture, du genre claquement, renaclement, plainte à l'avant droit quand tu manoeuvres. Pour ce faire, rouler à fond dans des chemins défoncés de campagne ou tout bêtement se faire rentrer dedans (enfin dans la voiture, hein?) il y a plusieurs mois et attendre gentiment que la pièce abîmée rende l'âme. J'ai choisi la seconde option.

Il te faudra aussi avoir une réunion importante et deux rendez-vous absolument inratables à la grande ville le jour où, bien sûr, tu as laissé ta voiture chez ton garagiste préféré.

Le train tu prendras donc, chargée comme une mule, ton sac à mains contenant ta vie, un bloc note pour la dite réunion, des papiers divers et variés pour être top à tes rendez-vous et tout le bazar habituel.

Le sac à mains blindé, tu te rendras compte avec effroi que tu ne peux pas y caser le moindre livre pour te cultiver en attendant ton train de retour. (Tu me vois venir?) Tu sais que vu les horaires de la SNCF, tu vas avoir du temps libre entre ton arrivée à la grande ville et ton premier rendez-vous. Tu vas donc être obligée d'aller dans une librairie....

Là, entourée d'un nombre impressionnant de bouquins, respirant à plein poumons l'odeur de papier et d'encre ô combien enivrante, tu flânes, tu hésites, tu en prends un, le repose, lis un résumé, zieutes les critiques; bref, tu ne sais plus où donner de la tête et quel roman acheter.

Puis tu réfléchis, longuement (oui ça m'arrive) et tu te dis que tu ne vas pas souvent à la grande ville, que tu n'as pas souvent une excuse en or pour acheter de la lecture et qu'on aura qu'à manger des pâtes ou des patates jusqu'à la fin du mois, et tu prends plusieurs bouquins....

Pour en terminer avec ma petite histoire, j'ai, en fait, eu très peu de temps pour lire pendant le retour, mon attention étant requise pour pondre un compte rendu de réunion tenant la route, l'intervenante principale de ladite réunion ne la tenant pas, elle (la route). De retour en arrière, digressions inutiles en interrogations stériles, mon bloc note était rempli de points d'interrogation, de flèches en tous sens et de petites notes "à vérifier ou "à chercher".

A l'occasion je vous ferai un petit billet sur comment rendre une réunion compliquée et embrouiller tous les gens y assistant.

Donc je résume, tu casses ta voiture, as une réunion importante et un sac à mains trop petit, habites dans un bled mal desservi par la SNCF et tu as une excuse en or pour t'acheter un bouquin pour ne pas dépérir d'ennui.

Voilà, tu as maintenant toutes les informations en main pour avoir une excuse fallacieuse pour acheter un livre. Bonne lecture!

Voir les commentaires

Je l'ai adopté et j'avais le nez dedans

par Hara-kiri

publié dans Y a quoi dans ma bibliothèque

Je l'ai adopté et j'avais le nez dedans

Un jour comme un autre sur la terre.

Un jour où j'ai fait les courses alimentaires, parce qu'il faut bien manger.

Un éclat de couleur qui me fait de l'oeil, là, juste à droite de mon champ de vision. J'avais pourtant pris soin de tourner la tête pour ne pas voir, pour ne pas être tentée.

Il était beau....

Orange fluo, avec un dessin d'enfant jaune. un dessin représentant une fille. Tu sais, quatre cheveux encadrant un sourire, des bras bâtons horizontaux, une jupe en triangle, et pas de pieds bien sûr.

Je m'approche, et je suis sure que cette explosion de couleurs va finir sa vie chez moi. Je le retourne, examine avec soin le revers, ce qui n'aura servi à rien, puisque mon coeur savait déjà que j'allais l'adopter.

J'ai donc craqué, encore!

Il est resté dans la voiture quelques jours afin que je ne sois pas tentée, ayant un de ses congénères de 780 pages à finir.

Tu l'auras compris, j'ai encore acheté un bouquin!

Pavé fini, Muchachas de Katherine Pancol a été autorisé à squatter le salon. Que dire? Cherétendre m'a parlé, mais j'avais le nez dedans. La cuisine est en foutoir, mais j'avais le nez dedans. Des amis sont passés, j'ai bien été obligée de le poser, mais il me faisait de l'oeil et j'attendais avec impatience de pouvoir reprendre les aventures de toutes ces femmes.

Muchachas c'est des destins de femmes, des femmes bien différentes les unes des autres. Des destins qui, jusqu'au dernier moment ne se croisent pas. On y retrouve des amies connues, Hortense toujours avide de pouvoir et de célébrité. Joséphine déchirée entre son amour et sa fille. Zoé, amoureuse fonceuse. Et Stella, ma préférée dans ce récit, Stella abimée par la vie, abimée par un prédateur toxique. Stella qui se cache dans des vêtements trop grands d'hommes. Stella qui fait un métier d'homme, qui lit sur les lèvres (tiens, tiens!), qui adore son fils et qui vit une passion cachée avec un homme beau comme un dieu. Stella, enfin, qui essaye de sortir sa mère de la spirale infernale des coups et des humiliations.

On y croise aussi des hommes, ils n'ont pas toujours le beau rôle dans cette histoire. Ils sont souvent lâches, toxiques, ou s'enferment dans une caverne pour ruminer leurs déceptions.

Quelques extraits:

" Zoé avait toujours été prodigue de tendresse. Elle montait au câlin sabre au clair. Elle se jetait sur sa mère, enfouissait sa tête dans son giron et déroulait des confessions sans queue ni tête."

" A quoi bon prononcer des mots pour ne rien dire? On peut escamoter des vies entières en ne prononçant pas les mots qu'il faut. Les mots qu'on retient sur le bout de la langue nous enferment, ceux qu'on énonce clairement nous rendent libres. Et forts."

J'avais adoré "Les yeux jaunes des crocodiles", "La valse lente des tortues", ou "Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi", mais je crois que j'aime encore plus "Muchachas", je l'ai dévoré encore plus vite.

Un petit bémol quand même, la fin.... Qui n'en est pas une, qui nous laisse sur notre faim. Un autre tome est prévu en Avril et le dernier en Juin. Il me faudra donc attendre 4 mois pour finir l'histoire..... En Avril, je relirai donc le premier tome puis passerai au second. Puis en Juin je recommencerai..... On pourra faire ce qu'on voudra, j'aurai le nez dedans!

Voir les commentaires

Et si on ne retenait que 10 livres? Tag

par Hara-kiri

publié dans Tag , Y a quoi dans ma bibliothèque

Et si on ne retenait que 10 livres? Tag

Un jeu circule sur facebook, mais comme notre copine Fédora ne fait pas les choses à moitié, elle m'a taguée aussi sur le blog.

"Règles : Listez 10 livres qui vous ont marqué d'une façon ou d'une autre dans votre statut. Ne prenez pas plus que quelques minutes pour le faire ne réfléchissez pas trop- ce ne doit pas forcément être des "bons livres" ou des grandes œuvres, juste des livres qui vous ont touché. Taggez ensuite 10 amis en m'incluant de façon à ce que je puisse voir votre liste de livres."


Les trois mousquetaires d'Alexandre Dumas. Souvenir d'enfance que je relis avec plaisir. Mes parents avaient une bibliothèque très fournie et en particulier tout un tas de classiques dans lesquels j'avais le droit de puiser sans compter. J'y ai lu Dumas, Hugo, Walter Scott, Jack London, Erckmann-Chatrian et bien d'autres!

L'élégance du hérisson de Muriel Barbery. Un achat hasard, ou impulsion. J'ai dévoré et relu plein de fois. A chaque lecture, j'aime les rapports entre tous les personnages qui n'ont pas grand chose en commun si ce n'est la culture livresque. J'attends avec impatience un autre récit de cette auteure.


Monologues du vagin d'Eve Ensler, le féminisme! Je ne crois pas utile de présenter cette pièce de théâtre, un de mes grands regrets est de ne l'avoir jamais vue sur scène et de ne plus pouvoir le faire...


La Moïra de Henri Loevenbruck, Trilogie de Fantasy empruntée à la bibliothèque et achetée tout de suite pour partager. Depuis je ne rate aucune publication d'Henri, que ce soit fantastique, historique ou plus récemment un mélange des deux. Un de mes auteurs français préférés, pour son talent d'écriture, la minutie de ses recherches et son humanité.


Les fourmis de Bernard Werber, souvenir d'une grossesse compliquée, fascination pour les fourmis et magnifique critique de notre société. J'aime l'univers imaginaire de Werber et je me demande à chaque fois où il va chercher tout ça!


Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon, histoire et fantastique mêlés. L'Ecosse, l'histoire, des cercles de pierres magiques, je ne compte plus les tomes, mais il y en a beaucoup! Deux ans qu'on attend ce qui devrait être la fin de cette saga.


Millenium de Stieg Larson, pour moi, un des meilleurs polars que j'aie lu. Je l'ai lu et relu et encore.... Je lis beaucoup de polars, mais celui-là reste mon préféré. Stieg Larson a su renouveler un genre avec des personnages atypiques. Lisbeth Salander me fascine! Un énorme regret tout de même, le décès de l'auteur qui ne publiera jamais les 7 autres tomes prévus.....


La mécanique du coeur de Mathias Malzieu, Ce livre a une place à part dans mon coeur. On me l'a offert quand j'allais mal et cette façon de traiter la différence m'a fait un bien fou! J'ai, depuis, acheté tous les livres de Malzieu, et chacun m'a donné la même émotion. Une sensibilité que j'ai rarement lue ailleurs.


Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows. Il m'arrive assez souvent d'acheter un livre parce que le titre me plait. Celui-là je ne pouvais pas le louper! Sensibilité encore, et finesse d'écriture. Je l'ai aimé, et j'en ai acheté quelques uns pour la famille et les amis.


Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper Lee. Celui-là je l'ai acheté parce que j'en avais entendu parler comme d'un classique de la littérature américaine. Je n'ai pas été déçue! Une vision très juste de la société américaine de l'époque.

Qui s'y colle?

Thelaly Lalou

La carne

Voyageuse 31

Ma vie mon handicap mes emmerdes

Cecile MdL

Blonde paresseuse

Madjik

Angie M

La tête de marionnette

La fille h

Fédora

Voir les commentaires

Alors voilà

par Hara-kiri

publié dans Y a quoi dans ma bibliothèque

Alors voilà

Je viens aujourd'hui te parler de Bibi!

Tu ne connais pas Bibi? Bibi il est interne, un de ceux qu'on rencontre quand on va aux urgences pour nos gnômes ou pour nous quand on est malchanceux! Quand Bibi débarque, Docteur Mamour et Docteur House peuvent aller se rhabiller! Parce que Bibi, en plus d'être toubib, il a une plume (rose, Hello Kitty si tu veux tout savoir!), une humanité à faire palir mère Térésa, un humour de folie et depuis qu'on sait à quoi il ressemble, on le trouve tous plutôt beau! J'allais oublier le plus important, Bibi il est blogueur! Elle est pas belle la vie?

Tu vas me dire qu'il est trop parfait pour être honnête le Bibi! Il a un souci avec les jours pairs et les jours impairs, c'est pas très grave mais gênant par moments.....

Bibi, c'est Baptiste Beaulieu, un toubib comme on voudrait en rencontrer plus souvent. Baptiste a commencé à raconter son quotidien aux urgences sur un blog, et il a eu tellement de succès qu'avec toutes ces anecdotes, il a fait un bouquin. Un vrai, avec une histoire, un début, une fin. On y trouve des larmes, des émotions, des sentiments, de l'amour, des vieux, des jeunes, des cons, des amoureux accompagnés de leurs Dieux, une femme-oiseau-de-feu, des poneys multicolores, des chefs indiens ou vikings, des gueulards, des walkyries, des infirmières sexy, et des toubibs bien sûr!

Son blog à Baptiste, ça fait un bail que je le suis, puis j'ai attendu le livre, l'ai commandé et j'ai encore attendu..... C'était long! Et je l'ai dévoré, j'ai ri, j'ai pleuré et je l'ai refermé avec la sensation d'avoir lu un vrai livre qui réconciliera soigneurs-soignés comme le voulait son auteur.

Pour suivre le blog "Alors voilà" c'est .

Pour acheter le livre, c'est dans n'importe quelle bonne librairie!

Voir les commentaires

Défi d'Octobre N°5: le dernier livre lu

par Hara-kiri

publié dans y a quoi dans ma vie , Y a quoi dans ma bibliothèque , Défi d'Octobre

Défi d'Octobre N°5: le dernier livre lu

Défi difficile proposé par Stéphanie! En effet je me suis rendue compte en écrivant dans ce blog, que j'avais toutes les peines du monde à écrire sur mes lectures, que je les aie aimées ou pas. Le livre qui est sur le dessus de la pile à côté de mon lit est: "Le gardien de phare" de Camilla Lackberg.

Ayant lu et adoré ses six premiers bouquins, je ne pouvais pas ne pas acheté et lire ce dernier!

Comme je suppose que ces deux phrases ne suffisent pas à faire un article, il va falloir que je développe....

On y retrouve les mêmes personnages (Erica Falck écrivain(e) et mère de 3 enfants dont des jumeaux, Patrick Heström son compagnon et policier, Martin Molin lui aussi inspecteur de police, l'affreux Bertil Mellberg chef de la police bedonnant, fainéant et comme si ça ne suffisait pas affublé de cheveux gras) , et j'avoue que j'aime bien, ça permet de suivre l'évolution de leurs vies au fil des années et des bouquins.

Par contre, je dois bien admettre que celui-ci m'a moins plu que les autres, je l'ai trouvé plus long, moins haletant.

L'histoire! Mats Sverin, financier a été assassiné chez lui d'une balle dans la tête. L'enquête commence et pose souci, ce Mats était sans histoire, presque trop parfait! Qui aurait pu vouloir l'assassiner? L'enquête s'oriente vers une ancienne petite amie qui, coïncidence, vient de revenir dans la région et loge dans une île déserte et hantée dont elle est propriétaire.

On y croise des associations qui viennent en aide aux femmes battues, un couple de parents désespérés par la mort de leur fils unique, des trafiquants de drogue, bref tout ce que l'on peut trouver de bon ou de mauvais dans notre société.

J'ai aimé les retours sur le passé de l'île et ses habitants et j'avoue que j'aurais préféré lire l'histoire de la vie d'Emelie prisonnière de l'île, de son mari et d'un autre sombre personnage avec son son fils Gustav dans les années 1870. Mais c'est personnel et surement en rapport avec mon amour pour l'histoire et le mystère!

Voilà, le dernier livre que j'ai lu ne m'a pas emballé comme je l'imaginais, mais du coup, il a duré plus longtemps que prévu et a ainsi, participé à mon économie budgétaire et littéraire!

On y parle aussi littérature et c'est !

Voir les commentaires

Défi d'Octobre N°3: votre emploi rêve

par Hara-kiri

publié dans y a quoi dans ma vie , Défi d'Octobre , Y a quoi dans ma bibliothèque

Défi d'Octobre N°3: votre emploi rêve

Le défi d'Octobre de ce jour traite de mon emploi rêve....

Rude sujet! Si les deux premiers ne m'ont posé aucun souci, celui-ci m'embarrasse....

Je ne bosse pas alors t'imagines bien que des emplois dont je rêve y en a beaucoup!

Serait-ce un emploi qui me fait rêver mais auquel je ne connais rien, ou un emploi que je pourrais faire en sachant que j'y serais sinon bonne mais au moins acceptable.

Le rêve c'est par définition pas forcément raisonnable! Donc allons y pour la démesure, le rêve parfait, la divagation!

J'aurais voulu être écrivain, vivre de ma plume, écrire des romans qui tirent les larmes à mes lecteurs, des histoires que tout le monde m'envierait, des thrillers haletants, bref écrire!

Un mélange de tous les auteurs que j'admire, l'imagination de Bernard Werber (ce type est juste hallucinant), la culture historique, la capacité de recherche et la faculté de nous emmener ailleurs de Henri Loevenbruk, la passion et la capacité à décrire l'horreur humaine de Maxime Chattam, le romantisme d'un Musso ou d'un Lévy, la délicatesse d'une Anna Gavalda, mais aussi le talent pour décrire les travers de la société d'un Montesquieu ou d'un Voltaire....

Bref, tous ces auteurs et bien d'autres réunis dans ma petite personne! Je te vois rire! Mais on avait dit qu'on rêve non?

On peut rêver ensemble? C'est !

Voir les commentaires

"Glacé" de Bernard Minier

par Hara-kiri

publié dans Y a quoi dans ma bibliothèque

 

Si tu aimes les thrillers, le suspens, les tueurs en série, le noir très très noir, ce roman est fait pour toi!

Bernard Minier est un auteur français qui n'a rien a envier aux rois du thriller américains.

C'est sur les pas de Martin Servaz, flic intuitif et torturé que nous allons découvrir l'univers de la psychiatrie appliquée aux tueurs en série, pédophiles et autres prédateurs de la race humaine.

Univers: une usine hydro électrique perdue dans les Pyrénées, un asile blockhaus, une colonie de vacances désaffectée et des paysages grandioses.

Musique: Gustave Malher

Victime: Un cheval dépecé et décapité mais pas que....

Personnages: des flics, une capitaine de gendarmerie diablement séduisante, des psy pas toujours très nets, des violeurs, un milliardaire, un juge d'instruction en retraite, et un tueur en série d'une intelligence redoutable.

Quand tu commences ce bouquin, tu ne le laches plus! A toi les nuits blanches, à ton homme les petits plats surgelés!

En résumé, une très belle qualité d'écriture, une énigme bien ficelée, j'ai adoré!

J'attaque de suite son deuxième roman, "Le cercle"!

 

Tu peux aussi me retrouver là si tu as envie de partager tes coups de coeur!

 

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Hara-Kiri sur Hellocoton

Voir les commentaires

"Troisième humanité" de Bernard Werber

par Hara-kiri

publié dans Y a quoi dans ma bibliothèque

"Troisième humanité" de Bernard Werber

Bernard Werber a une place à part, pas dans ma bibliothèque où il est logé à la même enseigne que bien d'autres (serrés, compressés, voire en vrac), mais dans mon coeur. Je l'ai découvert en 1993, enceinte de Lacadette et condamnée au canapé toute la journée. Il a donc, avec ses Fourmis, rythmé bien des journées de fesses douloureuses, côtes en long, contractions et grosses angoisses!

Forte de ma résolution de ne point acheter de bouquins en ce moment, je n'avais même pas effleuré du regard sa Troisième humanité au moment de sa sortie... Forte je suis! Hein?

Pas tant que cela.... je l'ai acheté la semaine dernière! Je sais, c'est pas bien! Mais, il en valait le coup!

C'est du grand Werber!

Que dire?

En commençant ce billet je savais que ça allait être galère!

Comment raconter l'univers Werber?

C'est un bouquin a plusieurs degrés de lecture comme d'habitude, on peut le prendre, le lire d'une traite sans réfléchir et le fermer en soupirant que ce soit déjà fini.(Comme avec les Fourmis en s'imaginant qu'il nous parle que d'insectes). Ou on peut, aussi, réfléchir. Lire le soir au lit, un chapitre par exemple, fermer le livre, creuser son oreiller, soupirer d'aise en pensant à la nuit réparatrice qui arrive, fermer les yeux et.... Réfléchir! (Merci Bernard pour mes insomnies!).

Je ne vous raconterai pas le livre, l'histoire des Géants, des Petits et des Tout-petits, de nous qui sommes la deuxième humanité, de celle qui nous a précédés, ça ne servirait à rien! J'ai plus envie de vous parler de la Terre, Gaia, notre mère à tous, maltraitée, blessée, exploitée, déchirée et en colère! Comme une mère face à des enfants indisciplinés, elle gronde, prévient puis sévit, durement.

De catastrophes écologiques en catastrophes naturelles, ce livre nous amène à nous retourner sur nos vies, sur la société que l'on a bâtie, sur le consumérisme à outrance, le profit roi, et la destruction de notre planète; et nous propose, non pas des solutions, mais des futurs possibles.

Dévorant l'ouvrage pages après pages, j'ai eu la surprise de découvrir que ce n'est que le premier tome d'une série!

Dis Bernard? La suite, c'est pour quand?????

Voir les commentaires

"Et puis Paulette" de Barbara Constantine

par Hara-kiri

publié dans Y a quoi dans ma bibliothèque

"Et puis Paulette" de Barbara Constantine

Un titre qui m'a parlé, encore!

Et des vieux, encore!

En fait toute cette histoire, c'est la faute aux Lulus, deux gamins qui ne savent pas encore qu'il y a des choses qui se font et d'autres pas.

Ferdinand, 70 ans ( le grand-père des Lulus) vit très très seul dans sa grande ferme. A côté Marceline, survit tant bien que mal dans une ruine, cultivant les légumes pour éviter de cultiver les souvenirs.Les Lulus, en toute innocence émettent l'idée que Marceline aille vivre dans la trop grande maison de Ferdinand.

C'est le début d'une communauté, d'une alliance contre la vieillesse, la maladie et surtout contre cette fichue solitude qui bouffe le monde actuel.

D'autres personnages vont se joindre à eux, les soeurs Lumière, deux vieilles déjantées et un peu grincheuses mais perturbées d'avoir été chassées de chez elles, Guy sans sa Gaby qu'il aimait d'un amour incroyable malgré le grand age et la fuite de la mémoire, et des jeunes aussi, histoire de secouer les habitudes! Et puis Paulette bien sûr!

Ce livre est un concentré d'optimisme, une bouffée d'altruisme dans une société nombriliste. Je me suis surprise à rêver d'une communauté de vieux, d'esseulés, de laissés pour compte, chacun prenant soin des autres dans la mesure de ses moyens.

Plus tard, quand je serai vieille, j'aimerais bien aller vivre chez Ferdinand

Voir les commentaires

"Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" de Jonas Jonasson

par Hara-kiri

publié dans Y a quoi dans ma bibliothèque

"Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire" de Jonas Jonasson

J'aime beaucoup les livres avec des titres alambiqués, j'ai tourné longuement autour de celui-ci, indécise, envieuse, mais j'ai tenu bon, m'étant promis de réduire mes achats littéraires afin d'économiser quelques sous.

J'aurais pu en rester frustrée voire aigrie très longtemps, mais heureusement, on me l'a offert! Je viens de le le finir et... J'aurais du l'acheter depuis longtemps, impossible de rater ce bouquin!

Cet article aurait pu se résumer en un mot: déjanté!!!!

Mais bon, faut bien justifier

Un vieux, pensionnaire d'une maison de retraite, décide de ne pas fêter ses 100 ans et se tire par la fenêtre de sa chambre avec aux pieds ses plus beaux chaussons.

S'ensuit un road movie arthritique, où on croise un autre vieux délinquant et alcoolique non repenti, un éternel étudiant, une éléphante, mais aussi Mao, Truman, Staline, Franco, Einstein (pas lui, l'autre), et tout un tas de personnages réels ou fictifs mais toujours hauts en couleur.

On y trouve aussi une valise, des bibles, de la drogue, des flingues, des cadavres, de l'amour, un autocar, une draisine......

Bref, si vous ne l'avez pas déjà lu, courez l'acheter ou l'emprunter!

Voir les commentaires

1 2 > >>
Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Hara-Kiri sur Hellocoton