Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec y a quoi ailleurs

Dans l'avion!

par Hara-kiri

publié dans y a quoi ailleurs

A l'heure où ce petit billet sera publié je serai dans l'avion.....

Rêvons un peu!

Et oui.... Imaginez moi (dur comme vous ne connaissez pas ma trombine, mais Sarah Jessica Parker en mieux est une assez bonne description), compressée dans l'avion entre Cherétendre qui a de grandes jambes, qui a tendance à s'étaler et qui ronfle et... un inconnu bedonnant, chauve et ronfleur, ou une dame trop parfumée, ou un individu sentant la sueur, ou un gamin hurlant et gigotant.... ça en jette, hein?

11 heures coincée sur un siège! Même pas moyen de regarder le paysage puisqu'on voyage de nuit.... Et pire que pire que tout! Pas une clope pendant 11 heures, voire plus si on compte l'attente avant le départ et l'attente des bagages à l'arrivée!

J'essaye de vous consoler, vous, coincés en métropole dans le froid et la grisaille. Rien à m'envier, je suis, à l'heure actuelle coincée dans un avion.... Donc moins bien que dans mon lit, si on est honnête.

Bon, j'arrête de penser à Lainée que je verrai en débarquant, à la clope que je fumerai en arrivant, à la douche que je prendrai dès que je pourrai, à ma brosse à dents qui me manque, et surtout à la piscine de la copine qui nous loge dans laquelle je vais plonger (c'est beaucoup dire vu que je sais pas nager), disons me rafraichir entre deux rhum arrangés. Et surtout j'arrête de vous embêter!

Suite au prochain épisode!

Voir les commentaires

Mariage et powerpoint pourri

par Hara-kiri

publié dans y a quoi ailleurs

Donc je suis invitée à un mariage..... Enfin, peut-être, un jour, si la loi le permet! L'actualité en France en ce moment est tournée entre autres, vers le mariage entre-gens-de-même-sexe..... Le week-end dernier a eu lieu à Paris et dans d'autres grandes villes (pas dans mon désert) une manifestation pour rappeler au gouvernement ses engagements sur le mariage pour tous. La manif de Paris aurait rassemblé entre 60 000 et 150 000 personnes, fichtre! Je suis épatée, et très fière de la mobilisation pour cette cause!

Force est de constater que j'ai beaucoup d'amies homos, au grand étonnement de certains de mes amis hétéros.... Pourquoi des homos, j'en sais rien! C'est comme ça, j'en connais certaines depuis l'enfance, d'autres rencontrées dans ma vie d'adulte. Quand vous rencontrez une belle personne, vous vous demandez ce qu'elle fait au lit? Moi non! Parce que je pense sincèrement que l'amour est ce qui compte avant tout, que peu importe le sexe de l'autre si on est heureux. Quand, à bout d'arguments, j'en ai marre, je réponds que je sélectionne soigneusement des copines lesbiennes, parce qu'au moins, elles, ne vont pas me piquer Cherétendre! Non mais! A question idiote, réponse tout aussi idiote! Bref, j'ai des copines homos.

Les slogans de cette manif étant pour le moins sympathiques et humoristiques, j'en ai diffusé quelques uns sur ma page-réseau-social.

J'ai bien aimé; "Je veux épouser mon copain pas mon cousin germain", "J'ai déjà ma robe, grouillez vous!", "Les listes de mariage des homos vont relancer l'économie", et enfin "Moi aussi je veux un powerpoint pourri à mon mariage"!

C'est ce dernier slogan qui a fait réagir une amie qui m'a répondu que j'étais désignée pour faire le fameux powerpoint pourri ou pas. Donc je suis invitée à un mariage. Alors, Monsieur Hollande, s'il vous plait, tenez vos engagements parce que j'ai vraiment vraiment envie de faire la fête!( Et un powerpoint pourri ou pas!)

Voir les commentaires

Petit week-end en Alsace

par Hara-kiri

publié dans y a quoi ailleurs

Pour Noël l'année dernière, Lacadette nous avait offert une "box" avec une nuit en chambre d'hôtes et un petit déjeuner dans la région de notre choix. Difficile de choisir! On a donc longuement hésité entre l'Alsace et le Pays Basque. On connaissait les deux mais on avait très envie d'y retourner! L'amour du vin l'a emporté sur le piment!

Nous avons donc passé un week-end en amoureux aux alentours de Colmar.

Debout 5 h, arffff! Dur! Départ 6 h, déjeuner à Guebwiller dans un resto que Cherétendre a choisi parce que le nom lui disait bien! Rappelez moi de ne plus le laisser choisir un resto... C'était pas mauvais, mais pas fait maison, et je vais pas au resto pour manger une sauce au Riesling qui a probablement sauté du congel pour se jeter ensuite dans le micro-ondes! Quant aux profiterolles.... Rassis, sortis du congel eux aussi... Le restaurateur aura au moins débarrasser le congel d'une partie du stock! Bref, pas terrible!

Puis Colmar! On ne connaissait pas et on n'a pas été déçus! C'est une ville magnifique et très animée! La maison des têtes m'a particulièrement impressionnée, 111 têtes sculptées sur la facade, mon amour des sculptures et gargouilles en tout genre n'y a pas résisté! J'ai du faire une bonne quarantaine de photos!

J'en avais plein les rotules après avoir passé l'après midi à arpenter les pavés de la vieille ville, le nez en l'air et l'appareil vissé à l'oeil. Direction Kaysersberg où nous avions réservé une chambre d'hôtes. La pancarte de la maison d'hôtes disait: "Bienvenue, accueil à 18h00", ben.... 18h00 pile, pas 17h59 ou 18h01, très précis, très carré, très alsacien! Nous avons diné dans le village d'une tarte flambée, juste délicieuse et d'une bière, et dodo bien mérité après cette journée beaucoup plus longue que mon ordinaire! Petit déjeuner copieux en compagnie de 3 jeunes couples qui avaient l'air sympathique, même si je n'ai rien compris aux conversations... Pas facile d'arriver devant des inconnus et de dire avec un grand sourire: "Bonjour! Je suis sourde!!!" Vous ne dites pas "Bonjour! je suis entendante!" ou "Bonjour! J'ai le dos en vrac!". J'ai donc fait la fille pas réveillée qui ne parle pas le matin....( je sais bien faire grâce à un entrainement rigoureux et quotidien).

Direction le chateau du Haut-Koenigsbourg, les mots vont me manquer ou je vais devoir employer beaucoup de superlatifs! Cette forteresse est gigantesque, magnifique et le travail de restauration qui a été fait est de toute beauté! Quelques photos....

Retour dans le désert en passant par les Vosges fatigués mais très heureux de notre week-end. A refaire!!!!!

Petit week-end en Alsace
Petit week-end en Alsace
Petit week-end en Alsace
Petit week-end en Alsace
Petit week-end en Alsace
Petit week-end en Alsace
Petit week-end en Alsace
Petit week-end en Alsace

Voir les commentaires

Hara-kiri en Tunisie épisode 2

par Hara-kiri

publié dans y a quoi ailleurs

Hara-kiri en Tunisie épisode 2

La suite de ce voyage en Tunisie m'a beaucoup plus plu, après une deuxième journée piscine-plage, j'ai commencé à râler, je sais, encore!

On a donc fait quelques balades, comme le souk de Tunis, impressionnant par sa taille et la diversité des marchandises proposées et des petits métiers présents. Le marché de Tozeur, immense où on trouve aussi bien de la poterie, que des tortues, de la nourriture ou des vêtements. Cherétendre s'est d'illaurs découvert des talents de négociateur insoupçonnés! Carthage et ses ruines.... Mais le point fort, le nec plus ultra du voyage a été le hammam!

Une amie me propose que nous fassions un hammam, je réponds, enthousiaste, que ça m'intéresse beaucoup mais pas dans le hammam aseptisé pour touristes de l'hotel, je voulais un vrai hammam tunisien. Nous voilà parties à la médina! On a pas mal erré dans la médina, demandant aux marchands où se trouvait ce hammam. L'incompréhension s'est vite installée, les marchands étant persuadés que nous voulions y aller en couple, aucun ne nous a aidés.... En effet, les matins et les soirs sont réservés aux hommes et l'après midi aux femmes. Finalement, une petite dame nous ayant entendu demander notre chemin, nous propose de nous y emmener. Ouf! On commençait vraiment à se dire qu'il allait falloir mettre une croix sur ce projet. Elle nous fait rentrer dans une grande pièce sombre déserte, nous disant de nous déshabiller, qu'elle va revenir avec la responsable. Le hammam étant un environnement humide, j'ai donc laissé mon appareil dehors, je suis dans le silence total, incapable de lire sur les lèvres des gens à cause de leur accent. et donc totalement dépendante de mon amie dont le niveau en langue des signes s'arrête à "oui", "non", et "on s'en fout" !!!!!

La petite dame revient accompagnée d'une femme pour le moins impressionnante, une cinquantaine d'année, l'ai revêche, vêtue en tout et pour tout d'un short noir, des bras et des mains gigantesques et les seins les plus gros que j'ai jamais vus qui lui arrivent à la taille! On se sentait très très mal à l'aise dans nos petits maillots de bain., se demandant à quelle sauce on allait être mangées!...

La responsable ne parle pas français, ce qui va bien m'aider puisqu'elle s'adressera à nous par gestes. Elle nous fait passer dans une pièce carrelée de mosaïque bleue, au plafond arrondi d'où arrive un puits de lumière. Cette pièce est entourée de sortes de bancs en faïence. C'est très ancien et très beau, je voulais du typique, je suis servie! Elle nous fait signe de nous asseoir et disparait. L'humidité et la chaleur me mettent d'abord très mal à l'aise (j'apprendrai plus tard qu'il y fait 50°), puis je me détends, devient zen et profite....

Retour de madame gros bras, qui fait signe à ma copine de passer dans la pièce suivante, la copine un peu paniquée par l'air de la dame, me fait signe de surveiller ce qui lui arrive! Elle la fait asseoir devant une vasque munie d'un robinet, fait couler l'eau, remplit un petit seau et le lance à pleine vitesse sur la figure de ma copine, j'ai encore gravée l'image de ma copine rejetant la tête en arrière, en panique et cherchant désespérement son souffle. Bon... Elle veut nous noyer, c'est clair, maintenant on sait! Pas de répit! Les seaux s'enchaînent les uns derrière les autres, rinçant sans relâche la peau transpirante. Après un nombre incalculable de seaux à la volée, elle pousse la copine et me fait signe. Je déglutis, m'admonestant de respirer entre les seaux et pas pendant! La copine, ressemblant plus à un chat mouillé qu'à une fille qui s'est payé un aprem de plaisir, me regarde en rigolant! La même pour moi, seaux après seaux, j'encaisse, respire, manque de m'étouffer deux fois mais survis!

Vient le moment du gant de crin.... Première à passer la copine s'allonge sur le ventre et la dame commence à la frotter vigoureusement de la tête au pieds, grimaces, les coups de soleil rugissent de bonheur! Pas un endroit n'a été épargné, retournement côté face et on recommence! Le moment le plus drôle a été quand les seins opulents de madame gros bras se sont balancés juste au dessus du nez de mon amie, qui m'a regardé en réprimant un fou rire et a fini par fermer les yeux! Puis tartinage d'argile et hop, d'un geste péremptoire on me fait signe que c'est mon tour. Pendant nos soins, des femmes passent, un peu intriguées quand même que deux européennes soient là. Elles sont toutes quasi nues, parfois accompagnées de petits enfants. Ce qui m'a étonnée c'est leur rapport naturel à la nudité. dans un pays où la beaucoup de femmes ont au minimum un foulard pour cacher les cheveux. Le hammam est un espace de liberté où les femmes sont entre elles, discutent, et ne sont pas obligées de tenir compte des conventions et des obligations qui régissent leur vie. J'ai regretté de ne pouvoir discuter avec ces femmes comme mon amie...

Après la surprise passée quant à la vigueur du récurrage au gant de crin, j'ai adoré! La peau respire, et on se sent plus légère. Argile du bout des cheveux aux doigts de pieds, et rinçage-noyade avec en plus frottage énergique pour éliminer tout reste d'argile. Moment déstabilisant, quand elle nous a fait mettre debout pour nous retirer énergiquement notre culotte et rincer là où on n'aurait pas eu l'idée qu'elle s'aventure!

Quand on est sorties, on était brillantes, roses comme des petits cochons (limite rouges), et complètement crevées! Nos hommes faisaient les cent pas dehors se demandant bien ce qui nous était arrivé! La rumeur que deux européennes étaient au hammam avait du se répandre dans la médina, et tous les marchands étaient tout sourire devant le pas de leurs boutiques attendant avec impatience nos commentaires. On a déclenché l'hilarité de tout le monde! La journée se terminera pour nous en mode limaces, aucun influx nerveux, des jambes en marmelade et juste une envie: aller au lit!

Le lendemain, je suis retournée à la médina acheter des gants de crin, et du rassoul (l'argile) et j'avoue que je ne peux plus m'en passer. J'essaye de le faire régulièrement, sans vapeur malheureusement, et ma peau est super douce. C'est un soin peu onéreux et complètement naturel! J'ai aussi converti mes filles qui adorent!

Voir les commentaires

Hara-kiri en Tunisie, épisode 1

par Hara-kiri

publié dans y a quoi ailleurs

Hara-kiri en Tunisie, épisode 1

Au printemps, le CE de l'entreprise de Cherétendre nous a proposé un voyage en Tunisie.... Pas mal! Une semaine à Hamamet en pension complète, pas mal du tout! Nous décidons donc de profiter de l'aubaine, même si Cherétendre n'était pas si emballé que ça à l'idée de passer une semaine de vacances avec les "têtes qu'il voit tous les jours".... Euh.... C'est aussi de moi qu'il parle?

Nous voilà donc partis de bon matin de notre désert, direction la ville, la vraie, la plus grande, la capitale!!!!! Ben oui, pour aller en Tunisie, il faut prendre l'avion... Et ici c'est plutôt un moyen de transport rare. Bref, arrivée à Orly, sans perdre personne, déjeuner sur place puis...C'est parti mon kiki, on enregistre les bagages... Certains ont erré à la recherche de l'endroit adéquat mais on a fini par récupérer tout notre petit monde. Je vous passe les multiples portiques et autres joyeusetés sécuritaires... Allez, une anecdote quand même, Cherétendre a fini par passer le portique en chaussettes et tenant des deux mains son pantalon (qui voulait fuir), MAIS avec un air très digne.

Le voyage a été fantastique, enfin au moins pour moi! J'ai passé mon temps, le nez collé au hublot à regarder le paysage (en mode j'ai 5 ans, ou je me prend pour Yann Arthus Bertrand), les Alpes étaient magnifiques! Faut dire, à ma décharge, qu'entre les chieuses (ça coûte cher) et les travaux pour améliorer notre habitat, on n'avait pas beaucoup voyagé avec Cherétendre!

Arrivée en Tunisie: papiers à remplir, portiques (des fois qu'on ait fabriqué une bombe en route), attente, et enfin dehors, recherche du car devant nous emmener au paradis qui fut fort longue, surtout quand on traîne des valises, qu'il fait chaud, qu'on en a marre parce qu'on s'est levé avant l'aube! Non je ne suis pas une raleuse!!!! Une dame nous explique au micro que ça va être génial, qu'on va avoir plein de choses à faire, et plus ça va, plus mon côté "antisocial perdait son sang froid. Arffff! Va quand même pas falloir faire des activités avec les autres?

Apéritif de bienvenue, ça râle dans les rangs que c'est pas un apéro parce que c'est pas alcoolisé! Avec des patisseries locales, les mêmes veulent des cacahuètes.... Je sens que la semaine va être longue.....Et Cherétendre me regarde l'air de dire, te plains pas je l'avais dit!. Repas style self avec un choix terrible et soirée les fesses sur le sable face à la mer, un verre à la main toujours rempli parce qu'on avait droit à la formule open bar. Du coup, même les râleurs ont fini par se taire.

Le lendemain, tout le monde sur le pont tôt, les bougres voulaient profiter de leurs vacances! Journée repos, enfin...Presque! Piscine le matin, je tartine mes tâches de rousseur et tout le monde se fiche de moi (je suis une des seules à n'avoir eu aucun coup de soleil et j'étais même hâlée!), repas de midi avec dégustation de spécialités locales (revisitées sans piment pour les touristes à l'estomac délicat,quand même!), et pour notre table une bouteille d'eau plate, une autre d'eau pétillante, une de rouge et une de rosé! J'ai honte on était cinq.... Le serveur avait vraiment l'air de penser que les français buvaient comme des trous! Après midi plage, et là ça se gâte... Sur la plage, je rêvais de lire, mollement allongée sur un transat, de me reposer en paix! Raté! Musique à fond, DJ qui ne la fermait pas 5 minutes et pire, petites animatrices joliment carossées qui venaient nous tirer de nos bouquins, ou siestes pour aller jouer au volley. Cherétendre et son collègue se laissent embarquer par cette jolie amazone aux tresses sautillantes et moi je dis "NON!". Elle insiste: une femme doit suivre son homme! L'homme ayant lui même suivi une jeune beauté black, j'ai des doutes.... Je résiste! Mais pour être honnête, le volley je suis ...Nulle! J'ai pratiqué contrainte et forcée au collège et au lycée et je ne compte plus les doigts retournés, les engueulades des autres joueuses, bref, le volley et moi c'est juste la haine! Et puis, j'avais envie, au moins le premier jour de ne RIEN faire!

Le soir, tout le monde parle des activités fantastiques que l'on peut faire.... Et là, je me dis (toujours mon côté antisocial), que je suis mal barrée pour m'éclater! Parce que faire du golf, de la danse (du ventre bien sur), du tir à l'arc ou autres joyeusetés toute la semaine avec un animateur, ça rappelle un peu les colos.... Je ne suis pas venue ici pour jouer, mais pour visiter (j'ai d'ailleurs appris le guide du routard par coeur), pour voir des autochtones, faire des choses typiques (non pas la balade perchée sur un dromadaire!), me balader...... Bref découvrir, ou plutôt redécouvrir un pays magnifique avec des habitants d'une grande gentillesse....

La suite de mes tribulations en hotel club en Tunisie au prochain épisode (un peu de suspens ne nuit pas!)

Voir les commentaires

La fin du monde...

par Hara-kiri

publié dans y a quoi ailleurs

La fin du monde...

La fin du monde est pour cette année, 2012! Et moi qui commence un blog à quelques semaines de l'apocalypse!!!!

Personne ne sait trop comment? Comète, raz de marée, inversion des pôles, déluge,catastrophe d'origine humaine? Mais c'est sûr, la fin de notre monde est programmé pour le 21 Décembre 2012! Les mayas l'auraient dit, c'est vous dire la fiabilité des informations!

Je viens de regarder une émission à la télé sur la fin du monde et les Américains....

Fichtre, c'est sûr, ils sont mieux préparés que nous! Là bas, il y a les survivalistes, qui, depuis des années construisent des bunkers, enterrent des provisions et s'arment jusqu'aux dents pour se défendre contre les pillards. Parce que la fin de notre monde n'épargnera pas que les bons, des méchants aussi pourraient s'en tirer!C'est quand même mal foutu! Un type a ainsi planqué 2 ans de vivres pour 5 personnes.... Son objectif: survivre bien sûr, mais aussi repeupler, recréer une civilisation plus à son goût.....Bon, il est tout seul, mais j'imagine que les 4 personnes élues pour survivre avec lui seront surement 4 femmes spendides mais néanmoins affamées, prêtes à tout pour un peu de maïs ou de coca d'eau fraîche!

Certains prétendent que Jésus va revenir, où (?) je vous le donne en mille, aux USA!!!! Ben oui, pourquoi il irait ailleurs? Il n'y a qu'outre Atlantqiue qu'on mérite sa divine présence. Je gage qu'il va avoir du mal à faire passer la bonne parole face aux armes destructrices de nos survivalistes! Expliquer à ces adeptes du "t'avais qu'à prévoir si tu voulais manger", qu'il faut partager le peu qu'on a, ça va être un challenge! Il a intêret à savoir encore multiplier les petits pains, Jésus, parce que sinon il est mal barré!

Certains attendent des extraterrestres, pas moches du tout... Non, non E.T et les petits hommes verts peuvent rentrer chez eux. L'estraterrestre version post-apocalyptique est beau, lumineux et très bon envers l'espèce humaine....... Quitte à délirer, autant le faire avec des beaux mecs....

Le repeuplement est assuré! Les filles ne paniquez pas, entre les survivalistes en mal de descendance, les extraterrestres désireux de nous aider à repeupler, et Jésus multipliant les hamburgers petits pains, on est sauvées!!!

Avec tout ça, je me demande pourquoi je me prends la tête avec mes cadeaux de Noël, point besoin d'offrir un saut à l'élastique au troisième âge, la fin du monde va s'en charger!

Bon, je vous laisse, je vais continuer à faire des conserves, ça peut toujours servir!

Voir les commentaires

La TVA a le tournis

publié dans y a quoi ailleurs

Je disais donc que l'actu, pour moi, c'est sur internet. Et l'actu c'est:

Changement du taux de TVA...Encore!!!! Je plains les commerçants qui doivent jongler avec des taux changeant au gré des ministres.

Quoi de neuf?

Ceux qui augmentent:

- Les hamburgers, je serais hypocrite si je vous disais que ça me fend le coeur, taxer la malbouffe, je trouve ça plutôt pas mal.

- L'I phone... Pas d'avis, j'en ai pas!

- Les clopes, encore! Mais on est habitués. (oui je fume)

- La place de ciné, je pourrais dire que je m'en fous parce que je n'y vais jamais, mais n'empêche c'est un loisir qui devrait être accessible au plus grand nombre. Après on s'étonne de la hausse des téléchargements illégaux...

- Les DVD, logique si on se réfère aux lignes ci-dessus

- Le carnet de tickets de métro, là encore je pourrais dire que je m'en fous, pas de métro dans mon désert, mais il me semble qu'à Paris c'est un produit de première nécessité. J'aimerais bien savoir comment on justifie la hausse de TVA sur les transports en commun, à une époque où on prône leur utilisation pour polluer moins!

Ceux qui baissent

- Le foie gras, ira-t-on jusqu'à prétendre que c'est un produit de première nécessité? Nous n'avons décidément pas tous les mêmes valeurs!

- Le coca, là je suis sceptique... Chez nous, ça n'a jamais été un produit de première nécessité, mais plutôt un produit exceptionnel, festif, pour faire plaisir aux ados via la malbouffe.

- L'eau minérale, quand on a, comme dans mon désert une eau de qualité bactériologique moyenne, je ne peux qu'applaudir.

- Les bouquins, je ne peux que plaindre les libraires qui passent leur temps à augmenter, baisser puis augmenter pour enfin rebaisser les prix en fonction des changements ministériels. Pour moi, le livre est un produit culturel de première nécessité qui doit être accessible au plus grand nombre.

Donc je résume, on peut tous les jours manger du foie gras-coca, ou eau minérale à la rigueur en se lisant un bon roman.

Mais on va avoir plus de mal à aller au boulot en métro (marchez c'est bon pour la santé), manger son hamburger à la pause de midi tout en lisant les commentaires postés sur nos blogs par les copines grâce à notre I Phone, fumer une petite clope digestive (après le hamburger, faut bien ça), et se faire une soirée ciné ou DVD avec son chéri. Bon, maintenant on le sait, y a plus qu'à s'adapter....

Voir les commentaires

Un peu d'espoir dans ce monde de brutes

publié dans Y a quoi ailleurs

L'actualité n'est pas gaie, loin s'en faut... Je me tiens au courant de l'actualité via internet, aujourd'hui au sommaire les élections américaines (encore!), les 6 mois de notre nouveau président tout neuf, l'augmentation des prix (on en reparlera), les astuces contre la dépression hivernale (on pourrait en reparler aussi...), le spray pour stimuler l'orgasme féminin (????), et un peu d'espoir: le secrétariat du Père Noël est ouvert!

Alors quand je tombe sur un site qui s'appelle "journal des bonnes nouvelles", je me précipite tout en me disant que les pauvres doivent bien galérer à remplir leur édito.... j'ai donc parcouru ce site et sélectionné une bonne nouvelle qui me touche particulièrement.

Plutôt que de vous raconter, je vous fais un copier-coller de l'article du Monde:

 

Vingt-cinq ans après s’être perdu, un Indien retrouve sa maison grâce à Google Earth

Vendredi, 12 Octobre 2012 00:00Le Monde

 

C'est l'histoire de Saroo Munshi Khan, qui s'est perdu dans une gare de Calcutta à l'âge de 5 ans, et a retrouvé le chemin de sa maison vingt-cinq ans plus tard, après des nuits blanches à chercher, au fin fond de Google Earth, des bribes de ses souvenirs d'enfance. Racontée parVanity Fair, et repérée par Rue 89, l'histoire vraie commence à la fin des années 1980, dans une petite maison en terre et au toit en tôles.

Un jour, le garçonnet part avec son grand-frère mendier dans un train. Celui-ci se met en route vers une ville à deux heures de là, Burhanpur. L'enfant, épuisé, s'endort sur un banc de la gare. Son frère s'absente et ne revient jamais. Saroo entre dans le premier train venu et, encore confiant, s'endort. Quand il s'éveille, les wagons filent à travers la campagne indienne. "Il n'avait pas de nourriture, pas d'argent, ne savait pas jusqu'où il était parti, ni où il allait", narre Vanity Fair. L'enfant se retrouve finalement, à la nuit tombante, dans une gare inconnue. "Saroo vit ce qui semblait être une mer d'hommes, de femmes et d'enfants sans domiciles. Il passa à côté de cadavres aussi. Il ne savait pas, à ce moment, qu'il avait atterrit dans la gare principale de Calcutta."

Saroo est analphabète, et ne connaît pas le nom de sa ville d'origine. Après avoir passé des semaines à prendre des trains au hasard pour tenter de retrouver sa maison, après avoir failli se faire enlever par de présumés pédophiles, après bien des nuits passées dans la gare de Calcutta, Saroo est "recueilli" dans une prison pour enfants, d'où il est sorti par une association, qui le place dans un orphelinat. Il est ensuite adopté par un couple d'Australiens, dans une confortable maison climatisée de Tasmanie. Saroo s'adapte à sa nouvelle vie, "mais secrètement, il est hanté par le mystère de son passé". Un beau jour, l'idée surgit dans son esprit : retrouver sa maison sur Google Earth, quelque part dans le vaste sous-continent indien.

La traque virtuelle commence, et durera plusieurs années. De Calcutta, il suit les voies ferrées, au gré du scroll de sa souris, en quête d'un élément qui titillerait ses lointains souvenirs. Puis, se basant sur le temps de son trajet en train, et sur la vitesse moyenne des trains indiens dans les années 1980, il circonscrit ses recherches dans un cercle de 960 km de rayon autour de Calcutta. Une nuit, Saroo repère enfin un paysage familier : "Un pont près d'un réservoir industriel, à côté d'une station de train." C'est Burhanpur, la première gare, où il a perdu son frère. Sur Google Earth toujours, il suit alors la voie ferrée, passe les ponts, les arbres, et tombe sur une rivière qui éveille en lui des images. De là, il parcourt sur son écran, de mémoire, le chemin vers le centre-ville. Ses espoirs se confirment grâce aux réponses des membres du groupe Facebook de son village, "Khandwa my home town".

Comme dans un rêve, Saroo s'envole alors vers son pays natal. Et finit par se retrouver devant une petite maison en terre au toit en tôles. Un habitant le guide : "Voici ta mère""Sans rien dire, la femme s'avança, et le serra dans ses bras. Saroo ne pouvait parler, ne pouvait penser, ne pouvait pas faire grand chose de plus que de tendre ses bras et la serrer aussi. Puis sa mère le prit par la main, et ramena son fils à la maison", raconte Vanity Fair.

Cet article me touche particulièrement parce que depuis maintenant 12 ans, nous parrainons un petit garçon de Calcutta, il s'appelle Hasiful. Il a maintenant 20 ans, et est en licence, nous nous écrivons de temps en temps, suivons ses progrès, ses soucis, donnons de nos nouvelles. Ce gamin a le chance d'avoir une histoire "construite", décès des parents, confié à un orphelinat puis à un deuxième où il vit depuis 15 ans. mais c'est un cas rare, la plupart des gamins de Calcutta ont une histoire semblable à celle dépeinte dans l'article, ils se sont perdus dans un train ou ont été abandonnés dans la rue. Alors fichu monde, ma pierre à l'édifice est modeste, mais elle a le mérite d'exister malgré nos moyens réduits. Si les "grands" de ce monde participaient, les choses pourraient être faites "en grand", et le monde n'en serait que meilleur!

C'était ma minute en mode " et si on disait que le monde était meilleur? ".

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5
Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Hara-Kiri sur Hellocoton