Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lumières!

par Hara-kiri

publié dans Défi Décembre , y a quoi dans mon desert

Comme tu le sais déjà (si tu ne sais pas relis TOUT mon blog), je vis dans le Désert.

Ici point de magasins, première boulangerie à 3 kilomètres, on est contents, ça n'a pas toujours été le cas!

Point d'immeubles: faudrait déjà des habitants!

Point de foule: idem! A moins qu'on compte les vaches dans le champ derrière....

Point d'embouteillages: si je suis honnête, par moments on est coincés derrière un tracteur et je ne te parle pas des moissonneuses l'été! C'est très agaçant!

Point de transport en commun: celui-là j'avoue que j'ose à peine le notifier....

Mais nous avons tout de même une mairie et un Conseil municipal. Houleux sont les débats, le pouvoir même ici, monte à la tête: mieux vaut être roi de pas grand chose que roi de rien du tout!

Il y a quelques années, une affaire d'importance a agité tout ce petit monde. Les gens comme il faut du coin se battaient pour être les premiers! Je t'avoue qu'ici, dans le Désert, on n'attendait rien! On n'a jamais rien, donc on s'est fait une règle de ne point attendre sous peine d'être fortement déçus.... Faut dire que du haut de nos 9 habitants, nous avons un poids très réduits en matière de vote, surtout que deux n'ont pas l'âge de glisser fièrement leurs bulletins dans l'urne.... En reste 7, et votent-ils bien comme il faut?

Avec tout le vocabulaire et la modestie qui caractérisent les autochtones, le projet fut baptisé: l'électrification des villages.....

Mise au fait de ce projet, tu imagines bien que je me posais des questions.... L'électricité nous l'avions! Non, je ne pédale pas le soir dans la cave pour que Cherétendre puisse regarder la télé.... Surtout que si tu as suivi,dans la cave il y a une chauve-souris!

Ce projet pompeusement baptisé, tenait en quelques mots... Mettre des réverbères dans chacun des 42 villages que compte la commune. S'en est suivis, de nombreux débats sur l'emplacement desdits réverbères.... Tel lieu-dit d'une vingtaine d'habitants en méritaient combien? Surtout que la mère Joyeux (oui, comme le nain) du haut de ses 90 ans ne voyait plus bien clair et méritait d'en avoir un devant sa porte. Ou que le père Crapaud, coq de son village de 15 habitants (en comptant les morts) en voulait un devant chez lui!

Pendant ce temps là, au Désert, on était peinards, on n'attendait aucune lumière divine ou républicaine, on continuait à acheter des piles pour nos lampe-torches histoire de se déplacer nuitamment et éméchés (faut bien respecter les coutumes locales) sans se vautrer dans un fossé traîtreusement déplacé!

Quand, roulement de tambour! La liste des premiers villages électrifiés est parue dans le Bulletin Enragé Trimestriel (ne cherche pas, c'est moi qui l'ai baptisé ainsi), et surprise! Le Désert figurait dans la première tranche de ces travaux qui allaient durer de longues années. Concertation.... Pourquoi? C'était louche! Après moults débats, nous en sommes arrivés à la conclusion que non, nous n'étions pas plus intéressants pour les élus par un miracle non expliqué, mais que nous étions un des villages les plus dépeuplé (battu de peu, par celui qui ne compte qu'une seule maison et deux habitants), et que forcément on ne coûtait pas trop cher à la collectivité..

Ainsi, pour une fois et sans qu'on le fasse exprès le Désert se trouva pourvu de... Réfléchissons.... 4 réverbères qui, pour peu que tu sois raisonnable sur tes heures de sortie nocturne, t'aident à regagner intact et digne tes pénates.

Tout ce billet, fort long et surement fort ennuyeux pour un citadin, pour te dire qu'ici aussi le progrès est en route!

Comme hier, ma photo n'est pas top, ici les téléphones portables sont à chier en matière de photo ( ah bon? C'est juste le mien?)... T'es déjà content quand tu peux téléphoner.... Les piles de l'appareil photo sont HS et je n'ai TOUJOURS pas de voiture pour aller à la ville en rachete!

A demain pour un nouveau défi photo!

 Lumières!

Voir les commentaires

Souvenirs...

par Hara-kiri

publié dans y a quoi dans ma vie , Défi Décembre

Je vous ai déjà parlé là de mon grand-père. Jojo, Joseph pour l'état civil est né en 1901, il a tout connu des progrès qui ont rendu la vie quotidienne plus douce, sauf internet et je le regrette, ça l'aurait épaté ce truc! Il a commencé à travailler à 14 ans comme ouvrier agricole à une époque où les hommes, partis se faire massacrer dans les tranchées, manquaient cruellement dans les campagnes. Puis, voulant avoir une vie meilleure que celle de son père, il est parti à Paris et est rentré aux Chemins de fer d'Orléans où il a passé toute sa carrière comme cheminot.

Il avait 64 ans quand je suis née, il était en retraite, habitait à 200 mètres de chez mes parents et a été le personnage le plus important de mon enfance. Il m'a appris l'observation silencieuse des choses de la nature, le jardinage et la patience qui va avec, à me servir d'une vrille ou d'un rabot, à jouer aux cartes et même à tricher pour faire gagner l'autre, ou encore à réparer mon vélo. Il a très peu parlé de sa vie d'antan et je le regrette. A chaque fois que je pars sur le traces de mes ancêtres, c'est à lui que je pense. L’âpreté du travail de toutes les générations qui l'ont précédé a fait de lui, l'homme droit comme un "I", honnête et fidèle à ses valeurs, qu'il était.

Il était aussi très amoureux de ma grand-mère qui pourtant lui a mené la vie dure, et qui n'avait aucune tendresse pour qui que ce soit. Je le revois assis sur une chaise en bois peinte en vert, devant son garage, laver et éplucher les légumes récoltés de bon matin, afin que son épouse n'ait pas la peine de le faire. Il a aussi toujours fait la vaisselle et passé le balai... Etonnant pour un homme né au début du siècle! C'était sa façon à lui de rendre la vie plus douce à la femme qu'il avait choisie.

Quand il est décédé en 1991, j'ai eu un chagrin immense et rien que d'écrire ces lignes, les larmes me montent aux yeux et menacent de déborder. L'homme de ma vie n'était plus, et je me demandais comment j'allais vivre son son attention, ses conseils et son amour.

Quelques années plus tard, ma grand-mère est partie à son tour, nous avons donc vidé leur maison (que j'ai habitée par la suite) et j'ai fait une demande à mon père. Je n'étais pas très sure qu'il accepterait, mais j’espérais fort. Je lui ai demandé de me donner des objets qui, pour moi, symbolisait Jojo. Ses pipes! Elles m'ont toujours fascinée, j'ai souvent tourné autour, et quand il se préparait à fumer après le repas, j'étais autorisée à aller chercher l'élue du jour. Depuis ce jour, les pipes a Jojo m'ont suivie partout, elles sont en bonne place dans la maison, et je les vois chaque jour. Quand je vais mal, ou que j'ai un souci que je n'arrive pas à résoudre, je regarde les pipes et me demande comment Jojo aurait fait, quel conseil il m'aurait donné.

Voilà, non pas un souvenir mais une multitude.

Souvenirs...

Voir les commentaires

Défi Décembre jour 17

par Hara-kiri

publié dans Défi Décembre

Le thème du jour est "matin", et j'avoue que je n'ai rien trouvé à part mon bol de café noir qui n'a rien de fantastique. J'ai donc cherché dans mon ordinateur une photo à vous présenter.

Et je suis tombée sur une série de photos prises en 2010 en Bretagne (oui, encore). C'est lors d'une balade qu'on a arpenté le parc des sculptures de Perros Guirec.

J'ai choisi de vous montrer une oeuvre de Patrice La Guen intitulée "le repos du tailleur"

Défi Décembre jour 17
Défi Décembre jour 17

Voir les commentaires

Blues de Noël ou blues de la vie?

par Hara-kiri

publié dans y a quoi dans ma vie , y a quoi dans mon silence

Blues de Noël ou blues de la vie?

Si je te dis que je n'ai aucune idée de ce que je vais écrire demain matin pour le défi Décembre en images, ça t'étonne? Le blues des fêtes de fin d'année me rattraperait-il? Je te rassure, j'aime toujours Noël, et je ne vais pas t’assommer avec un article sur le côté commercial des fêtes que (ô merveille!), je viens de découvrir! Donne moi un peu plus de crédibilité et de recul, ou d'âge peut-être!

C'est juste que j'ai un peu les boules (comme on disait de mon temps), j'ai un peu la nostalgie des Noëls avec mes deux filles... Quand on a tous ses enfants avec soi, on trouve ça normal, mais on se rend compte, après, trop tard, que non! C'est juste une incroyable chance! Tu me diras, et je le sais, que dans son ailleurs elle est heureuse, qu'elle a choisi de partir loin et qu'on l'y a aidée.

Je sais, mais quand même!

J'ai le cafard et j'ai beau me secouer, me raisonner, le noir s'accroche et je vois juste que son côté ressort sur pattes, sa faculté à parler non stop et son humour à chier (ben oui j'en fais les frais), vont vachement me manquer!

Et quand j'ai le cafard je réfléchis... Beaucoup.... Trop....

Et je me dis que si c'était chez quelqu'un d'autre, un gosse, parti comme ça à l'aventure, juste pour voir si c'est mieux ailleurs; je me dirais que le môme il fuit un truc. Et tu auras raison, je te raconte.

Lainée elle a fui la maison quand elle a trouvé ses épaules de 16 ans, trop étroites pour soutenir sa mère en détresse et les autres membres de la famille moins forts qu'elle.

Lainée, elle a plaqué le lycée, quand elle n'a plus été capable d'assumer, et est partie loin mais pas trop quand même (des fois que j'ai besoin d'elle), apprendre un métier, cuisinier, ou cuisinière. Lainée, elle a fait un max de conneries, comme pour se punir d'avoir abandonné, d'avoir lâché prise. Puis Lainée, elle s'est reprise en mains, elle n'est pas parfaite, mais elle a bossé dur.

Lainée elle rêvait depuis toute petite de visiter la Réunion, alors pour ses 20 ans, parce qu'un coffre fort n'a jamais suivi un corbillard, que l'argent c'est fait pour être dépensé, et qu'on n'avait pas profité jusqu'à ce qu'on se rende compte que ça aurait pu être trop tard, on lui a payé un billet d'avion...Aller... et.... Retour. On savait bien qu'elle ferait le possible pour y rester sur son île. On l'y a vue, elle y est dans son élément, heureuse. Elle sourit, s'acclimate, fait des rencontres, vit sa vie!

Mais n'empêche, je ne peux m'empêcher de penser que si la vie avait été moins vache, Lainée elle aurait mené son chemin différemment, Elle aurait continué ses études, elle aurait moins culpabilisé surtout, et elle aurait été heureuse plus facilement.

Alors, Lainée je voudrais lui dire que c'est un petit bout de bonne femme épatant (désolée ma chérie, tu n'es pas grande!), que ce qu'elle a fait pour moi est sans prix, qu'elle a toujours eu confiance, qu'elle m'a poussée même si elle s'est inquiétée de me voir plonger. Qu'elle m'a aidée à reprendre pieds, moi qui ne sais pas nager, qu'elle a donné l'impulsion pour que je crève la surface du désespoir et qu'au final, elle m'a prouvé que la vie valait le coup d'essayer de m'en sortir.

Juste un billet pour lui dire qu'elle me manque, que bordel, va falloir qu'elle prenne une connexion internet correcte parce que sa mère a encore besoin de discuter, que sa mère, elle n'a pas encore coupé totalement le cordon, que c'est pas si facile.... Que sa mère elle fait au mieux mais qu'il y a des moments de l'année où c'est plus dur. Mais que je ne veux pas que rentres pour les mauvaises raisons, accroche toi, tu vas y arriver!

Juste un billet pour la remercier de m'avoir aidée et soutenue, d'avoir cru en moi quand tout le monde baissait les bras, et ne me donnait aucun espoir de vie meilleure, d'avoir été là.

Mon sacro saint anonymat risque d'exploser ce soir, mais c'est pas grave! Lainée, je veux juste qu'elle comprenne qu'elle a super bien fait, qu'elle a été épatante et qu'elle n'a pas à culpabiliser.

Je voudrais aussi qu'elle sache, mais je crois qu'elle sait, que je l'aime, fort, sans condition et tout court. Que quoiqu'elle fasse, je l'aimerais.

Tu vois ce blog a un an et des brouettes, mais s'il a servi au moins à une chose, c'est dire aux gens que j'aime, que bordel, je les aime sans condition, c'est que du bonheur!

Je finis ce billet en larmes, c'est dur, mais je suis vachement contente de l'avoir écrit, et je le dédie à toutes les mamans qui n'auront pas leur couvée autour d'elles pour les fêtes.

Voir les commentaires

Décembre en images, 16 ème jour

par Hara-kiri

publié dans Défi Décembre

Décembre en images, 16 ème jour

Aujourd'hui le sapin est à l'honneur!

Vous aurez trois photos au lieu d'une puisqu'un intrus s'était glissé et que j'ai voulu mener l'enquête afin de l'identifier.

Mon sapin, avec un bout d'intrus!

Mon sapin, avec un bout d'intrus!

C'est quoi ce truc? se demande-t-il....

C'est quoi ce truc? se demande-t-il....

La tête dedans!

La tête dedans!

Et oui, c'est Téquila, le matou que Lainée m'a laissé en garde en partant vivre sur son île paradisiaque.

Voir les commentaires

Défi Décembre, traquons le Père Noël!

par Hara-kiri

publié dans y a quoi dans mon desert

Aujourd'hui il nous fallait photographier le Père Noël! Stéphanie a de bonnes idées, mais là, c'était particulièrement tordu!! Tu crois qu'il n'a que ça à faire le vieux bonhomme rouge à 10 jours de Noël? Hein? Tu as pensé à tous les enfants qui lui ont fait des listes de 3 kilomètres de long, et qu'il essaye de respecter?

J'ai donc du traquer le Père Noël ou tout au moins un de ses représentants (rapide, vif et dragueur) dans le Désert. ça a été difficile, rude, je me suis mouillé les pieds, ai usé mes yeux et ai du affronter de féroces animaux! Mais j'y suis arrivée!

Tu le vois?

Défi Décembre, traquons le Père Noël!

On s'approche....

Défi Décembre, traquons le Père Noël!
Bonjour Mesdames! Je suis Noël, et vous? Un petit nom?

Bonjour Mesdames! Je suis Noël, et vous? Un petit nom?

Hey! Attendez moi mes jolies poulettes!!!!!

Hey! Attendez moi mes jolies poulettes!!!!!

C'est censuré! T'as pas vu qu'on se faisait un câlin? Alors vire de là avec ton appareil photo!

C'est censuré! T'as pas vu qu'on se faisait un câlin? Alors vire de là avec ton appareil photo!

Voir les commentaires

Les fils rouges du destin

par Hara-kiri

publié dans y a quoi dans ma vie

Les fils rouges du destin

Il existe une légende qui dit qu'un fil rouge invisible relie ceux qui sont destinés à se rencontrer et ce, indépendamment du temps, de l'endroit ou des circonstances. Le fil peut s'étirer ou s'emmêler, mais il ne cassera jamais.

Tu rencontres un homme, lambda, sympa, ami d'une de tes amies d'enfance. Au début si on est honnête, tu te demandes comment il fonctionne le breton à mauvais caractère! Et les années passent, vous êtes en mauvaise posture tous deux, et ça devient une évidence, votre rencontre, c'est pour tous ces instants que vous passerez ensuite, liés par une espèce de fil invisible, aucun besoin d'oraliser, les choses se font d'elles mêmes, la compréhension se passe de grands discours. Un jour, tout de même, vous en avez parlé.... Et vous êtes tombés d'accord pour dire que le hasard fait drôlement bien les choses....

A peu près à la même époque, tu fais plein de rencontres. Une fille en particulier, sympa, zen, écolo un peu, beaucoup. Et quand tu deviens sourde, elle n'a aucune angoisse par rapport à ça, elle articule, a de super réflexes, ne se place jamais à contre jour afin que tu puisses lire sur ses lèvres, met ton assiette en bout de table, et ne met jamais la musique quand tu portes ton appareil. Sa nièce est sourde et tu ne le savais pas.... Hasard encore?

Dans les rencontres de cette époque, il y a une fille tendresse, tu sais, de ces filles qui ont un coeur énorme et plus de bras que toi. Son coeur justement, il est mal en point depuis des années, comme une bonne partie de sa famille. La surdité est aussi présente chez eux. Foutus gênes! Elle a une joie de vivre, une qualité d'écoute, une force incroyable pour se battre contre cette saloperie qui lui ronge le coeur! Quand tu la revois enfin après tes déboires de santé, que tu te pointes chez elle avec le crane rasé, ta surdité toute neuve sous le bras,et des appareils non apprivoisés sur les oreilles, elle t'admire pour ta force et ta volonté. Et toi tu es perplexe, gênée, parce que la force c'est elle qui l'a. Tu n'as fait que relativiser.... Elle aussi, elle est reliée.

Tu fais partie de forums sur le net, on y parle surdité, langue des signes. Tu y rencontres un français expatrié en Thailande, amoureux d'une sourde thai, qui se pose plein de questions et qui écrit un bouquin sur son histoire. De là, tu passes beaucoup de temps à lire sur la Thailande, et tu rencontres, toujours virtuellement, une suissesse qui a vécu là-bas. Tu la trouves sympa la belette, elle est curieuse, cultivée, intelligente et vous sympathisez... Et un jour, elle apprend qu'elle perd l'ouie. Hasard? Encore?

Tu vas à un vin d'honneur de mariage, pas trop fière de toi,il va y avoir plein de personnes inconnues qui parlent vite. Et de suite, un petit bout de femme que tu n'as jamais rencontré se place à tes côtés et articule pour t'aider quand tu es perdue... Tu sais que c'est la femme du chef de Cherétendre mais tu te demandes .... Et d'un coup, en te racontant une histoire, ses mains bougent et elle fait le signe "train" en prononçant le mot.... Le discours devient plus lumineux, moins gêné. Où elle habitait avant, ses voisins étaient sourds et elle a appris. Hasard encore?

Alors je vais te dire, je ne crois pas en grand chose, je n'ai aucune religion, mais bordel, les fils rouges du destin, je commence à y croire! Et j'espère bien rencontrer d'autres personnes qui me sont destinées ou à qui je suis destinée!

Ce billet est, je crois, un de ceux qui me tient le plus à coeur, il est resté longtemps à l'abri, planqué, transi, et a eu bien du mal à sortir; mais je crois qu'il ne sera jamais esseulé et que bien d'autres fils rouges du destin le rejoindront.

Voir les commentaires

Un breton, des balades et des nains!

par Hara-kiri

publié dans y a quoi ailleurs , y a quoi dans ma vie

Imagine un breton, pur et dur, un râleur, un voyageur, un marin, fin gourmet et cuistot d'excellence. Une voix grave et éraillée prenant des accents de Bretagne profonde quand il te racontait une histoire, et il en racontait beaucoup!

La maison de ce breton, c'était mon refuge, quand le ras le bol m'envahissait ou que mon moral plongeait dangereusement et que je n'avais aucune envie de voir du monde. Je lançais alors un appel sur msn: "Irait bien en Bretagne".... Son statut changeait aussitôt pour "Arrive!". Et j'arrivais. La hasard, ou le destin, a voulu qu'on soit malades presque en même temps. On avait donc tous deux un rythme lent de gens fatigués, et un esprit au jour le jour. Pas envie de faire à manger? Pas grave, on grignote! Pas envie de voir du monde? On se fait des parties de dés tout l'après midi, ou on bouquine en échangeant nos impressions sur tel ou tel auteur. Mais si une envie nous prenait d'aller se balader, on partait le nez au vent, enfin moi, puisque lui savait toujours me toucher avec des découvertes fantastiques agrémentées de la petite histoire qui change tout!

Rien qu'avec mes séjours chez lui, j'ai de quoi alimenter ce blog pendant longtemps!

Le breton nous a quitté, il est parti discrètement, sans râler, emporté par une longue maladie dont il minimisait la gravité pour ne pas nous inquiéter. Il me manque, énormément mais il me reste des tas de souvenirs et des photos.

Un jour, il m'emmène en balade et nous voilà partis en pleine campagne, impossible de lui faire avouer ce qu'il mijotait.... Une fois arrivés à destination, il me dit

- Cherche!

- Mais quoi?

- Quand tu auras trouver, tu sauras... (Yoda sort de ce corps!)

Oeil rigolard et sourire moqueur.

J'ai donc cherché, beaucoup.... Et j'ai fini par trouver mon premier nain! Oeuvre d'un artiste déjanté qui a sculpté des nains dans les arbres. J'ai quelques photos de cette balade et comme mon premier nain a beaucoup plu. En voici d'autres.

Un breton, des balades et des nains!
Un breton, des balades et des nains!
Un breton, des balades et des nains!
Un breton, des balades et des nains!
Un breton, des balades et des nains!
Un breton, des balades et des nains!

Je suis incapable de retrouver les nains sculptés seule (mon sens de l'orientation légendaire...), mais pour vous donner une indication si vous voulez partir en chasse, c'est à côté de Saint Nicolas du Pelem en Côtes d'Armor.

Un breton, des balades et des nains!
Un breton, des balades et des nains!

Voir les commentaires

Défi Décembre, décoration extérieure.

par Hara-kiri

publié dans Défi Décembre , y a quoi chez moi

Aujourd'hui le thème du défi est "décoration extérieure"!

L'idée était d'aller en ville, et de photographier des décorations de Noël originales. Mais, je n'ai toujours pas récupéré ma voiture et je suis coincée dans le Désert! Donc je suis dans la mouise! Et je me suis dit que Dame Nature était bien faite, et qu'elle se parait souvent de couleurs qui n'ont rien à envier aux décorations clignotantes. je suis donc partie en quête de déco naturelle avec mon appareil photo, et j'ai trouvé du houx!

Défi Décembre, décoration extérieure.

Voir les commentaires

Défi Décembre, Joie!

par Hara-kiri

publié dans y a quoi dans ma vie , Défi Décembre

Joie!

Quelle est l'image symbole de la joie pour moi? Parce qu'il s'agit de ça, mettre une photo de joie.... Un sentiment n'a pas de représentation visuelle.

Je pourrais mettre une photo d'une de mes filles avec le sourire radieux mais édenté d'un gamin de 6 ans qui est heureux. Je pourrais te mettre une photo de moi, un sourire jusqu'aux oreilles, entourée des miens. Mais mon besoin d'anonymat n'est pas compatible avec ces photos, et je ne trouve rien qui représente mieux la joie que les gens que j'aime.

Je pourrais te mettre une photo de la Réunion, parce que Noël arrivant, j'ai un peu de vague à l'âme en pensant que ce sera le troisième Noël sans Lainée, et que, forcément j'y pense beaucoup! C'est pas joyeux tout ça....

Je vais donc une fois de plus, botter en touche. Je publie une photo d'un nain, que j'ai du débusquer dans la campagne bretonne, et qui finalement n'était pas grincheux mais plutôt joyeux!

Défi Décembre, Joie!

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>
Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Hara-Kiri sur Hellocoton