Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Cuvée des Potes

par Hara-kiri

publié dans y a quoi dans ma vie , Y a quoi ailleurs

La Cuvée des Potes

Je prends le temps de faire un petit billet sur mon week-end d'enfer!

On pose les choses:

Tu as des copains qui ont un peu de vignes dans le bordelais, la météo a été tout sauf top pour eux, et la fin de saison est pluvieuse. Appel au secours à tout le monde: on vendange plus tôt que prévu, il nous manque beaucoup de bras, acceptez vous le défi?

D'abord parce qu'on les aime et qu'on n'allait pas les laisser dans la mouise, ensuite parce qu'on aime le pinard, nous avons accepté ce défi.

T'ai je dit que mon dos et moi, on n'était jamais d'accord depuis un certain jour d'adolescence où une carne (pas la blogueuse mais un cheval) m'a violemment jetée par terre?

Bref, nous voilà partis vendredi soir en direction du bordelais. Arrivés de nuit, on nous attribue une chambre, et accueil d'une nouvelle voiture remplie d'auvergnats celle là. Le temps de boire l'apéro, c'est une voiture de bourguignons qui se pointe. On était presque au complet, manquait les voisins qui arriveraient pour travailler le lendemain matin. On nous prévient que la météo prévue est merdique, mais qu'avec un peu de chance, point de pluie.

Une courte nuit plus tard, nous sommes tous au petit déjeuner, l'ambiance est détendue, ça plaisante.... On est seize. 12 dans les vignes et 4 au tri dans le chais, la vigne est en grande partie pourrie, le boulot va être compliqué!

Objectif: vendanger 2 hectares dans la journée.

Equipe: un adolescent de 15 ans (lent et pas trop motivé) et 15 vieux de 44 à 60 ans motivés eux!)

Météo: froid et bruine

Les 10 premiers mètres ont suffi à me faire douter.... Mon dos protestait et l'angoisse du coinçage définitif pointait le bout de son nez! Mais bon, on était là pour en chier, alors on continue!

Le moral des cueilleurs étaient en berne au bout d'une heure de boulot, la majorité des grappes étaient pourries et finissaient par terre et une pluie battante (Oui Météo France s'était encore vautrée dans ses prédictions) commençait à tremper les quadras-quinquas plus trop fringants. Un mot passe parmi nous, à 10h45 pause café! C'est bientôt 10h45?

Un quart d'heure de pause et on y retourne! Je ne sais plus ce qui est le plus douloureux, se baisser ou se redresser..... Je change de position, penchée, puis accroupie (ce qui me vaudra des fesses boueuses) et je finis la matinée à genoux!

Après 4 heures de travail intensif. Pause repas! Ahhhhhh!!!!!! Ce qu'il y a de bien chez eux c'est que tu manges bien, la maitresse de maison vaut un chef étoilé. De la maison on regarde ce qu'on a vendangé mais aussi ce qu'il reste à faire et on se dit que ça va être difficile voire impossible!

On y retourne, douloureux mais toujours motivés. Le silence est de mise dans les rangs, on n'entend plus rien, tout le monde se concentre sur ses grappes et sur ses douleurs.... ça patauge, ça patine, les bottes restent prisonnières de la gadoue, plus moyen de se mettre à genoux pour soulager nos vertèbres craquantes.

A 19h00, on est tous en mode automatique, on enchaîne un rang après l'autre sans se poser de questions et en essayant d'oublier nos douleurs, quand le patron passe en nous disant d'arrêter, qu'on est tous morts. Soulagement mais instant de panique quand on réalise qu'on est loin d'avoir fini et qu'il va falloir s'y remettre le lendemain...

Quand je peux enfin bénéficier de la salle de bains, mon pantalon est trempé, à tordre, maculé de boue, mon pull est humide un peu partout et surprise au déshabillage, même ma petite culotte est boueuse....

Petite description de la scène suivante: l'apéro est servi, la cheminée allumée,les vieux débarquent en marchant avec difficulté, descendent les 3 marches pour accéder à salle à manger une à une doucement en grimaçant, on entend ça et là des cris de douleur et les traits sont tirés.

On se transforme en dealers chevronnés dès le début du repas: j'ai du paracétamol qui en veut? Moi des anti-inflammatoires, servez vous! Dès qu'on bouge sur nos chaises on grimace!

Je ne résiste pas à vous décrire le menu, source de joie pour nous, pauvres travailleurs épuisés.

Cannelés salés et mini-tartellettes à l'apéro

Puis soupe de potiron au foie gras

Coquilles de fruits de mer

Cassoulet (là j'avoue que je commençais à piquer du nez dans mon assiette)

Fromage

et bavarois aux poires ou aux framboises (que j'ai zappé pour cause d'envie de dormir)

Tout ça arrosé de la cuvée 2011 du domaine, et tradition oblige Aquavit au milieu du repas (y a quoi là-dedans, c'est fort!)

Quand enfin tu arrives au lit, c'est pas gagné pour autant! Faut caler les douleurs, même blindée d'anti-inflammatoires, tu as mal! Très mal! Mais une fois la position la moins douloureuse trouvée, point besoin de berceuse, de marchand de sable ou d'histoire du soir! Une bûche!

Réveil douloureux... Pire que ça, tu te dis que tu n'arriveras jamais à sortir du lit, tu roules, pestes, râles, couines mais miracle tu es debout. Habillage laborieux, j'ai bien cru ne jamais arriver à mettre mes chaussettes! Petit déjeuner étrangement silencieux, les dealers sont de retour avec leurs lots de médocs gratos.

Et on y retourne! Il bruine, on a froid, mal et ça déprime sec dans les rangs! Sur les 6 filles présentes la veille, on n'est plus que 2, et l'équipe bourguignonne étant repartie il manque du monde.....

A midi sous une pluie battante, on déclare forfait, il reste des rangs à vendanger mais on n'y arrive plus et tout ce qu'on coupe finit par terre pour cause de pourriture. Douche et trafic de sacs poubelles pour mettre nos fringues et nos chaussures.

On mange les restes et l'activité du repas est plus reposante, trouver le nom de la cuvée... Cuvée Mouillée, Cuvée Merdique et Cuvée Gadoue ont été éliminées parce que pas assez commerciales....

Ce sera la Cuvée des Potes!

Je crois que c'est une des choses les plus éprouvantes que j'ai faite de ma vie, je ne regarderai plus jamais une bouteille de vin de la même façon!

Mais comme on les aime les potes, qu'on aime l'ambiance, on y retourne l'année prochaine en espérant vendanger sous le soleil! Et mieux que ça! Je devrais y retourner en Février pour aider pour la taille.

Quand on est fous..............

Commenter cet article

fedora 14/10/2013 17:52

quelle aventure ! mais ça devait être génial ! moi qui adore le pinard, ça me plairait bien tiens, ce genre d'expérience !!

Hara-Kiri 14/10/2013 18:00

Alors.... C'est dur, très dur! Mais si l'équipe est bonne, ça va. Je crois qu'on a tous tenu le coup parce que celui d'à côté tenait.... Mais je regarde le pinard différemment.....

namfarang 14/10/2013 12:15

j'adore quand TOI tu parles de silence ...
Si tu as une baignoire dans ton désert ... tu sais wue faire

Hara-Kiri 14/10/2013 12:20

Ben.... Je les entendais brailler ou rire de temps en temps, sans comprendre hein! Mais c'est vrai qu'après plus rien! Tout le monde avait la tête dans le guidon! Et je sors d'un bain bouillant!

la carne 14/10/2013 12:14

toutes les personnes que je connais qui ont participé un jour (une semaine en réalité chez nous) à des vendanges en sont revenues presque mortes, mais toutes joyeuses! :)

Hara-Kiri 14/10/2013 12:19

C'est notre première fois, mais les autres étaient tous des anciens, et d'habitude c'est une journée (l'exploitation est petite et heureusement parce que les proprio ont un boulot en dehors) et sous le soleil.... On n'a pas eu de bol!

Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez Hara-Kiri sur Hellocoton